« Je lisais Boris Vian »

« Le 24 Décembre, début de soirée, tu me sembles très grand, yeux foncés, avec un paquet cadeau rouge ou rose. Je me suis assise à côté de toi, à ta droite. Tu portais un jean bleu, des chaussures noires et un bonnet peut être noir aussi. Un manteau beige je crois. Je ne suis pas capable de te décrire plus car j’osais à peine te regarder : juste ton reflet dans la vitre d’en face durant quelques secondes mais tu l’as remarqué et j’ai baissé les yeux. Nos regards se sont croisés dès que je suis entrée dans la rame à Eurotéléport mais je suis très timide. Je portais une veste colorée avec empiècements, un jean et des boots. J’ai les yeux bleus et le teint clair, plutôt grande, 1.75, et les cheveux déliés, arrivant aux épaules. Je lisais Du Boris Vian.

Descendue à Lille Flandres, je t’ai vu me regarder mais n’ai pas osé réagir. J’aurais aimé au moins te sourire. »

Joli non ?
C’est une des annonces passées sur www.croisedanslemetro.com.
J’adore cette idée.
Qui n’a jamais croisé un regard brûlant, échangé un sourire timide, frôlé une épaule, effleuré une main, dans une rame de métro, et s’être dit après : putain mais pourquoi je ne lui ai pas adressé la parole ????
Aujourd’hui, internet nous offre Meetic ou Adopteunmec mais il permet aussi de donner une chance aux rencontres fortuites comme celle du métro.

« Tu es grand brun fin perdu…
Tu es grand brun fin perdu dans tes pensées, un appareil photo au tour du cou. Nos regards se sont croisés. Appelle moi. Si tu reviens j’annule tout »
Rédigé par un homme pour un homme, à Lille, station Montébello.

Ce site couvre aujourd’hui Lille, Bruxelles, Paris, Marseille, Rennes et Toulouse. Je me demande si des histoires d’amour ou même de cul ont déjà vu le jour suite à croisedanslemetro.com.

« Tu étais moi j étais toi.
Tu étais assise en face de moi, tu me souriais, j osais à peine te regarder, tu me troublais tellement…je portais une casquette avec une capuche noir, tu avait ton casque sur les oreilles…et des yeux magnifiques. »
Un homme pour une femme, Paris, Place d’Italie

En tout cas, à la lecture de ces bouteilles à la mer, on peut se dire qu’il n’ y a vraiment pas grand chose pour aller du transport public au transport amoureux, non ?

Articles similaires

Be Sociable, Share!