CPE – Conseiller Principal d’Education

digital marmelade : « Comment devient-on CPE ? »

François L : « On devient Conseiller Principal d’Education en passant le concours de recrutement national de CPE. Les conditions d’accès difficiles (200 postes nationaux pour plus de 10.000 candidats) le seront encore plus car depuis cette année, et désormais, le recrutement se fera à BAC+5, alors qu’auparavant un BAC+3 suffisait pour se présenter au concours.

Une fois le Saint Graal en poche, que vous avez préparé par vous même (CNED, bouquins) ou à l’IUFM, vous devenez « stagiaire en situation ». C’est-à-dire que vous exercez une dizaine d’heures en établissement sous la responsabilité d’un maître de stage, et le reste se passe à l’IUFM sous forme de cours, avec la réalisation d’un mémoire en fin d’année validant l’année de stage par une titularisation. Durant cette année vous êtes payé à temps plein, en intégrant une grille indiciaire au premier échelon.

NB : la masterisaton des concours de l’EN, entraîne des changements radicaux sur les conditions d’exercice et la rémunération des stagiaires … à suivre car cette mesure est prévue pour la session 2011. »

digital marmelade : « Quelles sont les missions du CPE ? »

François L : « Question difficile car nos missions sont en constante évolution !
Les conseillers principaux d’éducation participent aux activités éducatives du second degré (collège et lycée) sans pour autant enseigner.
Les fonctions exercées, sous la responsabilité du chef d’établissement, se situent dans le cadre général de la vie scolaire et contribuent à placer les élèves dans les meilleures conditions possibles en vue de leur scolarité. Nos responsabilités sont réparties en trois grands domaines :

– Le fonctionnement de l’établissement : responsabilité du contrôle des effectifs, de l’exactitude et de l’assiduité des élèves, organisation du service des personnels de surveillance, mouvements des élèves. Je participe, pour ce qui me concerne, à l’application des mesures propres à assurer la sécurité, notamment des élèves.

– La collaboration avec le personnel enseignant : échanges d’informations avec les professeurs sur le comportement et sur l’activité de l’élève : ses résultats, les conditions de son travail, recherche en commun de l’origine de ses difficultés et des interventions nécessaires pour lui permettre de les surmonter ; suivi de la vie de la classe, notamment par la participation au conseil des professeurs et au conseil de classe, collaboration dans la mise en oeuvre des projets.

– L’animation éducative : relations et contacts directs avec les élèves sur le plan collectif (classes ou groupes) et sur le plan individuel (comportements, travail, problèmes personnels) ; foyer socio-éducatif et organisation des temps de loisirs (clubs, activités culturelles et récréatives) ; organisation de la concertation et de la participation (formation, élection et réunions des délégués élèves, participation aux conseils d’établissement). »

digital marmelade : « Quelle est la grille de salaire les premières années ? »

François L : « La grille de salaire d’un CPE est la même qu’un enseignant certifié du second degré.
La première année aux environs de 1300€ net ! (Et oui pas lourd pour un Bac +5….)
Après deux ans environ 1600€ net, et après 8-10 ans environ 1800€ net.
A cela s’ajoute des indemnités (entre 100 et 150 net/mois selon les lieux d’exercices : Zone violence, zone sensible, zone d’éducation prioritaire etc.…) »

digital marmelade : « c’est quoi la journée type d’un CPE ? »

François L : « Le CPE est quoiqu’il arrive un homme « du matin ». Pour ma part je suis chanceux, les élèves du lycée ou j’exerce ne commencent les cours qu’a 08h30 ce qui fait débuter ma journée à 08h00 à l’arrivée des premiers lycéens. Cet accueil se fait à la grille d’entrée, dans les couloirs, dans mon bureau,… et toujours par un « Bonjour » que je connaisse bien, peu ou pas du tout l’élève. Les surveillants (assistants d’éducation aujourd’hui) prennent place aux endroits stratégiques et je rejoins mon bureau afin de recevoir les élèves qui viennent justifier d’une absence de la veille, demander un certificat de scolarité, vérifier l’absence d’un professeur,……

L’avantage (ou l’inconvénient) du métier c’est que tout peut arriver. Ainsi aucune journée n’est identique à une autre. Je m’adapte à la situation du moment, aux contraintes et évènements du jour.

De l’élève exclu de cours parce qu’il fait l’andouille en passant par l’alarme incendie déclenchée au 3ème étage en plein rendez vous avec des parents, jusqu’à l’élève en mal de vivre qui vient poser ses valises d’adolescent incompris, alors qu’une tonne de tâches administratives s’empilent sur le coin du bureau, et qu’un surveillant affolé tape à ma porte pour me dire : « Monsieur, y’a grosse bagarre à la grille, ça craint, faudrait peut être que vous alliez voir… » Voilà un exemple plutôt banal de situation que vit un CPE au quotidien. Il y a bien sûr des « temps faibles » propices aux discussions en salle des profs autour d’un café je vous rassure… Il n’y a donc pas de journée type, mais des types de journées.

Il y a ceci dit, tout au long de l’année, une trame composée par les temps forts de la scolarité, que sont les conseils de classes, l’orientation, les élections et l’animation des conseils des délégués de classe, les réunions de direction, le fond social, les commissions absentéisme, bref de quoi parfois attraper une « réunionite aigüe » mais cependant nécessaire à la coordination des différentes actions à la fois entre tous les acteurs de l’établissement mais aussi des partenaires extérieurs(association de prévention routière,SIDA, conduites à risques. etc.…) »

digital marmelade : « Y’a-t-il des périodes plus intenses que d’autres dans le métier et pourquoi ? »

François L : « Oui il y en a bien sûr. Elles dépendent du niveau en responsabilité. Pour ma part avec les secondes, la rentrée est un moment clé ou il faut faire preuve de beaucoup de disponibilité afin de rassurer les nouveaux arrivants de troisième « chez les grands ». Le lycée c’est la « liberté » et donc l’apprentissage de l’autonomie que j’essaie de cadrer un maximum en étant très présent sur le terrain, et très ferme quant au respect du règlement intérieur.

A chaque trimestre les conseils de classe (que je préside) permettent de dresser un bilan, et de commencer la phase d’orientation. Cette phase est primordiale, car c’est en fin de seconde que l’élève choisit sa série pour le BAC.

Cette phase d’orientation dure jusqu’au mois de juin, où sont formulés les vœux définitifs.

Le CPE prend en charge toute la partie administrative, et joue un rôle de conseiller auprès des élèves et des familles, il est parfois aussi l’intermédiaire ou le médiateur quand les avis divergent, entre la famille et les enseignants, voire entre l’élève et sa famille : « tu feras une 1ere S et puis c’est tout ! En 1èreL t’arriveras à rien de bon » c’est là qu’il faut savoir négocier et conseiller au mieux, en s’appuyant sur notre connaissance de l’élève et sur notre expérience.

La semaine précédant chaque début de vacances scolaires est souvent propice aux débordements. »

digital marmelade : « Qu’est ce qui te plait vraiment dans le métier de CPE ? »

François L : « Ah, mais tout me plait ! C’est vrai je me plains comme tout le monde mais j’adore mon travail !

Chaque élève est différent, et chaque CPE possède une personnalité qu’il peut adapter à son quotidien selon ses sensibilités.

Pour ma part j’aime dire qu’il s’agit d’un métier « fondé sur le pari de l’humain », c’est passionnant pour le peu que l’on s’intéresse aux sciences humaines, à la psychologie et à la sociologie.

C’est un métier à la croisée des chemins, porteur de l’idée qu’une alternative humaniste, solidaire et constructive existe face à l’individualisme solitaire, déshumanisant et destructeur. Je sais, ça fait du boulot en perspective… mais c’est aussi pour moi un métier militant qui implique le respect profond des jeunes, une attention portée à toutes et à tous et donc à chacun et chacune. J’aime composer et traduire sur le terrain un véritable projet social et humain tant collectif qu’individuel ayant pour finalité l’épanouissement de l’individu. J’aime avoir confiance, et faire confiance dans le potentiel d’un élève, ou d’une éducation fondée sur l’ouverture aux autres, la pluralité des cultures et des apprentissages.

Cette « éducation » est fondamentale, elle est promesse d’avenir où l’émulation de chacun et de tous conjuguant les qualités du plus grand nombre, préside à la naissance d’une société plurielle, riche et innovante. Cela peut paraître extrêmement ambitieux, mais mon métier m’autorise à faire naître chez les élèves ces valeurs humanistes qui composent ma personnalité, alors l’ambition n’est jamais trop grande quand il s’agit d’humanité, de savoir vivre, de respect, d’ouverture et d’avenir. »

digital marmelade : « Qu’est ce qui te déplait vraiment dans le métier de CPE ? »

François L : « Ce qui me déplait c’est quand je n’arrive pas à faire ce que j’ai dit à la question précédente »

digital marmelade : « Quelles sont les qualités requises pour être un bon CPE ? »

« Communiquer, écouter, agir… le conseiller principal d’éducation doit posséder des qualités qui lui permettent de le faire avec souplesse et détermination, rigueur et discrétion. La résistance à la pression est un facteur de réussite déterminant dans une fonction soumise au stress et à la prise de décision rapide. Il faut bien évidement aimer le contact avec les jeunes générations, savoir prendre du recul et ne pas oublier que nous aussi on a eu 15 ans ! Ça évite parfois les sermons de vieux con de 37 ans que je suis ! »

digital marmelade : « Quelles sont les perspectives de carrière une fois que l’on est CPE ? »

François L : « Un conseiller principal d’éducation, âgé de plus de 30 ans et ayant exercé cinq années au minimum en qualité de titulaire, peut viser la fonction de chef d’établissement, sous réserve de sa réussite au concours de personnel de direction 2e catégorie. A part la fonction de personnel de direction, celle de personnel d’inspection est aussi accessible, toujours sur concours… »

digital marmelade : « François L, un grand grand merci pour avoir pris le temps de répondre à nos questions »

Quelques stats simples et révélatrices ici : http://media.education.gouv.fr/file/Siac2/41/1/SIAC2-2009-Valeurs-cles-Cpe-externe_124411.pdf

Articles similaires

Be Sociable, Share!