EDF est un gros con (MAJ)

Mise à jour : j’étais sans nouvelle d’EDF depuis mon dernier coup de fil, le 5 février. Ce jour, j’ai pris la peine d’à nouveau les appeler. On a avancé ! Je sais qu’ils me doivent 480€ (rien que ça) et que cela a été validé le 15 février. Ils prétendent m’avoir fait parvenir un courrier le stipulant à ma nouvelle adresse, courrier qui n’est jamais arrivé (je leur ai demandé qu’ils m’en fassent parvenir un autre exemplaire). Etape suivante : patienter, le règlement sera effectué dans un délai de 2 à 8 semaines !! EDF est toujours un gros con.

Voici l’enregistrement de l’appel… Suis resté super zen !!! (Ca commence vraiment à 330)

Fin de la MAJ

Cela commence précisément le 19 octobre de l’année 2010. Dans 2 heures, nous serons chez le notaire. Oui, dans 2 heures, je vends ma maison.
Mais pour l’instant, nous sommes encore dans les lieux. Je dis nous, car nous étions deux : la future propriètaire et votre serviteur.

Nous décidons de procéder au relevé des compteurs, au moins, ce sera fait !
Heures pleines : 82 740
Heures creuses : 69 402

La ponctualité n’étant pas l’apanage des notaires, je profite des 30 minutes qui s’offrent à moi pour régler dans la foulée cette histoire de compteur, j’appelle EDF !

Je me sors non sans peine, au clavier, du labyrinthe des choix automatisés du central téléphonique avant d’obtenir un être vivant. C’est bien simple, je le connais désormais par cœur, voilà ce qu’il faut taper au clavier avant d’avoir une voix humaine au bout du fil :
09 69 32 15 15 * 1 01126 165 655 393 216 1 2

Si t’es de la vieille école que t’as un téléphone orange vintage à disque, tu peux jamais joindre EDF !!

Le système est génial : on vous demande grâce au n° de client renseigné de confirmer votre adresse postale. Une voix synthétique vous demande : « Si vous appelez bien pour le logement situé au 14 rue des fontaines, appuyez sur 1 ». On est identifié par le système informatique. Wahou !

Alors qui peut m’expliquer putain pourquoi ils redemandent TOUJOURS le n° de client que tu t’es fait chier à taper au clavier de ton téléphone !!

Mais je m’égare ! 4 minutes d’attente plus tard, j’explique ma situation à une interlocutrice et lui indique le relevé de mes compteurs, toujours en présence de la future propriétaire.

On m’explique alors qu’EDF ne peut pas prendre en compte mes relevés par téléphone, car mes relevés sont bien trop en deçà de leurs estimations. Avez vous bien lu ? Le système informatique me dit-on ne permet pas de saisir mes relevés, parce que l’écart avec leurs estimations, supérieures à mes relevés, est trop important !!! Je sais, je sais, je fais de la redite dans le texte là !! Mais je voulais être sûr que vous aviez bien lu…

Je ne résiste pas à lui poser la question qui tue : comment cela se serait-il passé si la situation avait été inverse : mes relevés très supérieurs à leurs estimations. Elle esquive ma question, et me dit qu’elle est bloquée, qu’elle ne peut rien faire.

Je lui propose de lui passer la future propriétaire, pour attester mes dires, mais elle me répond que c’est inutile, qu’elle devra rappeler de son coté pour faire son ouverture de ligne, et que pour mon cas, elle va consulter son supérieur… Musique d’escalator…

4 minutes plus tard, elle m’expose, d’une voix hésitante, la procédure : leur faire parvenir un courrier décrivant ma situation accompagné de l’attestation de la vente signée du notaire.

Evidemment, je m’interroge, à voix haute : l’attestation de la vente est nécessaire pour la clôture du contrat, ça, je peux comprendre. Mais mon courrier manuscrit pour mes relevés de compteurs ? Je ne vois pas en quoi je serais plus crédible à l’écrit qu’à l’oral.

Elle me dit que c’est la procédure à suivre. Je n’ai pas d’autres choix que de la croire à vrai dire. Elle me communique l’adresse à laquelle je dois faire parvenir ces documents. Nous raccrochons. J’ai déjà eu du mal à avoir un humain de vive voix, qu’on me rebascule déjà sur le papier…

L’aventure allait pouvoir commencer…

48H après les faits relatés ci-dessus, je m’exécute et couche sur le papier la situation surréaliste dans laquelle je me trouve alors. J’y explique la situation, j’y précise mes relevés de compteur, et je relate mon échange téléphonique avec EDF qui m’a amené à l’envoi de ce même courrier. Et j’y joins l’attestation de la vente de ma maison, fournie par mon notaire le jour même de la vente (j’ai un notaire compétent).

Les jours passent. Novembre.

Je suis plutôt du genre « pas de nouvelle, bonne nouvelle », mais là, je me décide à rappeler EDF.

09 69 32 15 15 * 1 01126 165 655 393 216 1 2
Puis je redonne mon n° de client, puis je ré-explique ma situation.

Cette fois-ci, on m’explique, après consultation du supérieur hiérarchique, musique de déambulateur, tout ça quoi, que ce type de procédure prend du temps, et qu’il aurait été préférable que j’envoie mes documents par FAX !!!

Ca y’est, on y est, dans la twilight zone ! Les dossiers sont traités plus rapidement quand ils arrivent dans un FAX que s’ils arrivent dans une boîte aux lettres ! Evidemment.

Je m’exécute, et couche à nouveau sur le papier la situation surréaliste dans laquelle je me trouve alors. J’y ré-explique la situation, j’y re-précise mes relevés de compteur, et je re-relate mes échanges téléphoniques avec EDF (au nombre de deux désormais) qui m’ont amené à l’envoi de ce même courrier qui sera en fait un fax. Je faxe aussi l’attestation de la vente de ma maison, fournie par mon notaire le jour même de la vente (il m’en avait fournies plusieurs, j’ai un notaire compétent).

Les jours passent. C’est que le début, d’accord, d’accord.

Sans nouvelle d’EDF, j’imagine un instant qu’ils m’ont répondu, par courrier, à mon ancienne adresse. Je contacte donc la nouvelle propriétaire de mon ex maison, qui me confirme bien : aucun courrier d’EDF pour moi. J’en profite pour lui demander comment se passent ses relations avec EDF : normales, tout est ok me confie-t-elle.

J’appelle EDF
09 69 32 15 15 * 1 01126 165 655 393 216 1 2
Puis je redonne mon n° de client, puis je ré-explique ma situation.

On me confirme alors que tout est ok, que ma facture de résiliation de contrat est en cours d’expédition. Et ils avaient raison. Quelques jours plus tard, je reçois ma facture de résiliation.

Of course, cette dernière est basée et calculée sur leurs estimations et non sur mes relevés. Fallait pas rêver. J’en prends pour 241,01 € dans les dents, prélevés à tort sur mon compte, sans parler de ce que j’ai trop payé compte tenu de mes relevés.

Les jours passent. Décembre. Il caille, mais ça n’a pas de rapport.

J’appelle EDF !
09 69 32 15 15 * 1 01126 165 655 393 216 1 2
Puis je redonne mon putain de n° de client, puis je ré-explique ma putain de situation. On me fait patienter pendant que mon interlocutrice consulte son putain de supérieur hiérarchique. Et on m’explique que l’information va être remontée, et que mon dossier va être traité.

Ce dernier échange téléphonique, il s’est répété depuis, au moins 3 fois. Une fois le 28 décembre, une fois le 20 janvier, et une fois le 5 février, y’a 30 minutes.

Jamais on ne m’a communiqué une date. Jamais on ne m’a recontacté. Jamais on ne m’a écrit. Jamais on ne s’est inquiété de savoir si les 240€ prélevés à tort sur mon compte allait me manquer, m’empêcher de manger. Jamais on ne m’a proposé d’avoir un interlocuteur privilégié, un n° de téléphone dédié.

Bien évidemment, personne n’a été capable non plus de m’expliquer comment il était possible qu’un système informatique autorise la création d’un nouveau contrat sur les bases d’un relevé de compteurs, ces mêmes relevés étant refusés par le même système informatique pour la fermeture du même compteur !

Aujourd’hui, c’était mon dernier appel à à ce gros con d’EDF. J’ai hurlé, j’ai gueulé, j’ai craché dans mon téléphone. On m’a passé le supérieur hiérarchique (le fameux), qui m’a encore répondu qu’on ferait remonter l’information (marrant cette notion de faire remonter l’info. Pourquoi on l’a ferait pas glisser ? Ca irait ptêt mieux ?), et que mon dossier allait être traité. Pas de date, rien ! Toujours au même point.

Ah si, elle a dit 45 fois : je comprends M. Dreulle, je comprends.

Je lui ai alors dit de noter dans mon dossier, dans les commentaires, qu’ils avaient une semaine pour régulariser la situation, et que dans le cas contraire, je me rendais en agence, et que je retournais tout.

EDF est un gros con.

Articles similaires

Be Sociable, Share!