Moi aussi je veux bosser dans une entreprise “hot” !

Agent provocateur, Pirelli, Manix... ? Non plutôt genre Facebook, Google, Apple...

Une entreprise “hot” n’est pas une entreprise qui fait de la dentelle ou qui fait poser des filles en petites culottes. Non, le terme “hot” est employé par les développeurs pour désigner les entreprises attractives c’est à dire les plus innovantes.

Je vous invite à lire ce passionnant sujet réalisé par Alice Antheaume sur l’innovation et ce qui la favorise. Une mine d’idées à insuffler à vos directions ou à appliquer si vous êtes grand chef (veinard va !)

L’article d’Alice : Google, Facebook, Twitter, Yahoo!… Leçons d’innovation aux médias

Je vous en résume quelques points :

Pas de bureau fixe : chez Google “Comme il y a du Wifi partout, les salariés travaillent sous les parasols, dans des canapés ou encore près du terrain de volley”

Le goût du challenge : “Même s’ils ont déjà un boulot, «beaucoup ne cessent de collaborer, souvent bénévolement, avec des petites start-up en gestation, justement avec l’idée d’investir dans le(ur) futur»”

L’expérience de l’échec : “En France, on est paralysé par la peur de l’échec, décrypte Anne-Gabrielle Dauba-Pantanacce, responsable de la communication de Google France. A Moutain View, le mot d’ordre est “allez-y, prenez des risques et plantez-vous””

Du temps de cerveau disponible : “Sur le campus Google, à Mountain View, la règle est simple: un salarié ne doit jamais avoir plus de 50 mètres à parcourir pour trouver de la nourriture… gratuite”

L’article dans son intégralité, c’est par ici.

2 commentaires

  1. Très bon article en effet ! Et je pense que ces entreprises sont en train de construire les façons de travailler de demain. Je trouve d’ailleurs dommage que beaucoup de nos PDG craignent de mettre en place ce type d’organisation (à adapter à son secteur d’activité of course).
    Je vois 2 clefs essentielles qui permettent de favoriser la créativité, l’innovation, le travail en équipe, le goût du challenge. La 1ère est l’aménagement des espaces de travail. Si on vous pose la question : “où est-ce que vous travaillez le mieux ?” ou “si on vous laisse le choix, où iriez-vous travailler?”, je pense que très peu d’entre nous répondront “dans mon open-space de 40 personnes, sur mon desk que je partage avec 8 collègues”. Créer des bureaux qui ne ressemblent pas à des bureaux, avec des espaces “ludiques” où on peut s’isoler, travailler en équipe, cultiver des idées, ça c’est top ! Et bien illustré dans cet article avec l’exemple de Google. L’autre clef est pour moi le temps libre… On ne peut pas être créatif en appuyant sur le bouton “idée” (d’ailleurs, une idée n’est pas quelque chose de l’ordre de l’immédiat, qui arrive en 2sec, hop! Eureka! C’est un processus plus long de maturation, même si on ne s’en rend pas vraiment compte). Le temps libre et donc le temps de cerveau disponible permet de s’enrichir aux contacts de choses (personnes, voyages, culture) qui n’ont rien à voir avec son boulot et qui pourtant favorisent la créativité au taf ! Perso, une expo, un film, un voyage me donnent souvent des pistes pour trouver des idées. Du coup, je surkiffe l’idée du bénévolat pour aider des start-up ! Et j’illustre mon propos avec un tout autre exemple via cette intervention d’un designer new-yorkais qui s’accorde 1 an de congé sabbatique tous les 7 ans histoire de renouveler ses sources d’inspiration : http://www.ted.com/talks/lang/eng/stefan_sagmeister_the_power_of_time_off.html

    Je suis tellement d’accord également sur la notion d’échec! Le souci est que dans notre société actuelle, on nous demande toujours d’avoir bon du 1er coup… Du coup, on a peur et on se freine.

    Je m’arrête là même si je pourrais parler des heures sur ce sujet :-)

    Fanny

  2. @NyN : merci pour ta contribution et si tu veux développer davantage n’hésite pas ! :)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.