Abercrombie & Fitch, temple du shopping

Abercrombie & Fitch propose une expérience de marque pas très loin de l'expérience religieuse. Pas bête pour favoriser le prosélytisme de la marque et s'assurer la fidélité de ses consommateurs.

Mi-décembre, j’ai visité le magasin Abercrombie & Fitch de Londres. Je vous avoue qu’il y a encore quelques mois je n’avais encore jamais entendu parler de cette marque de prêt-à-porter. C’est une amie à moi, complètement fan, qui avait témoignait auprès de nous, avec émoi et plaisir, de son expérience shopping au sein du temple londonien. Après quelques renseignements pris ici et là et après avoir observé les attitudes des personnes qui m’ont accompagnée lors de ma visite, il semblerait que mon amie ne soit pas la seule modeuse touchée par la grâce de cette marque. Si je ne suis pas tombée sous le charme du marketing expérientiel proposé par Abercrombie & Fitch, je n’ai pas pu m’empêcher de noter les nombreux parallèles avec l’expérience religieuse. Après tout, quoi de plus naturel pour susciter le prosélytisme et générer la fidélité !

Petite visite guidée
Une somptueuse bâtisse sans aucune enseigne extérieure, sans aucune vitrine alléchante. Il faut donc « en être » pour savoir que c’est là que ça se passe. Il faut faire partie de la communauté.

A peine franchi le seuil, une jeune fille sourire ultra bright, équipée d’un appareil photo, vous propose de prendre la pose avec un éphèbe torse nu, musclé, bronzé, épilé et soigné, au même sourire que la demoiselle. Un vrai rituel installé par la marque, dont chaque visiteur s’empressera de parler autour de lui, contribuant ainsi à nourrir la mythologie d’Abercrombie & Fitch.

Une fois à l’intérieur on se rend vite compte que tout le personnel (et il est nombreux) est exactement sur le même moule. Non seulement ils ont la même tenue, facile pour les repérer, mais ils ont aussi tous le même physique de mannequin bien propre et bien sain, plutôt bon chic bon genre, un peu lisse. On a l’impression (plutôt désagréable en ce qui me concerne) d’avoir affaire à une armée de clones, bien standardisés, sans beaucoup de personnalité. Une couv de magazine passée sous photoshop.

Les vendeurs vous accueillent et vous renseignent, tout sourire, plein d’énergie. Mais ils ne font pas que ça, non… : ils dansent aussi. Et oui Abercrombie & Fitch c’est un peu ambiance boîte de nuit, avec musique à danser et éclairage tamisé. Mais pas ambiance rock and roll : encore un fois, ici tout est bien propre et bien rangé. D’ailleurs, c’est la grande occupation des Ken et Barbie d’Abercrombie & Fitch : ranger. Le magasin est hyper bien tenu, tout est bien plié, bien empilé. Tellement bien plié, si haut empilé, que les fringues en deviennent presque inaccessibles.

Vu des étages, dans ce savant éclairage tamisé, avec ces colonnes de fringues, on a l’impression d’être dans une cathédrale. Et devinez quoi ? Le magasin embaume : le parfum Abercrombie & Fitch est abondamment diffusé dans tout le magasin. Cherchez l’encensoir…

Clou de la liturgie : avec autant de vendeurs, hyper dynamiques, jeunes beaux et tout et tout, le service devrait être hyper rapide. Et bien non. Figurez-vous que chez Abercrombie & Fitch on fait la queue pour payer. Et c’est pas juste 4-5 clients que vous avez devant vous mais bien un longue file. Un peu comme pour aller communier. Mais c’est que ça se mérite un t-shirt Abercrombie & Fitch ! Et ça aussi, tout ceux qui vivent l’expérience, vous en parleront. La mythologie continue…

L’ouverture du magasin de Milan :

Et ici, une excellente parodie de l’expérience en magasin

10 commentaires

  1. deja:
    -en recherchant sur le net suis tombé sur marmalade.co.uk
    -suis tombé sur Tout sauf un site avec Pierre ou Karine marmelade.stroumph.etc….

    bref va falloir s’y habituer….

  2. Laisse le temps à Google de faire son oeuvre… Enculés de google !

    Donc, sinon, toi Corti, les torses lisses de chez Abercrombie & Fitch, t’en penses quoi ?

  3. Lol ca ne me ressemble pas, a part quand je pars en vacances je le rase le Torse pour faire plus jeune LOLLLL

    PS: suis peut etre chauve, mais j’ai une queue de chevaL..DIxIT michel Blanc dans je sais plus quel film..

  4. l'infâme torche

    “visité le magasin”, “expérience shopping”, “ambiance boite de nuit”….internet m’a sauvé la vie (ou du moins ma garde robe)
    Sinon oui le magasin secret connu que du cercle fermé c’est un peu comme les ventes privées ça nous fait sentir valorisé ça joue avec notre orgueil, et avec les toyboys en guise de vendeur pour la luxure ça nous fait une cathédrale qui suinte beaucoup le pêché tout de même

  5. La parodie est excellente !
    Pour le reste, l’article aurait presque pu avoir sa place dans la catégorie “Tout fout l’camp” :)

  6. J’aime beaucoup la parodie, et si elle reflète l’esprit du magasin, en effet…. on doit s’y sentir super à l’aise, dans tous les cas, j’ai bien ri….! ;)

  7. En Californie, les vendeurs Abercrombie ont tous une carrure d’athlete, moulee de pres… Les vendeuses ont des seins parfaits a la norme americaine, qui sortent soigneusement de leur tee-shirt… Chacun y trouve donc sont compte. Ils nous accueillent avec un tonitruant “what’s going on? “.On est tentes de leur repondre “ta gueule” a chaque fois, mais on s’abstient… Les ados et jeunes adultes en sont fans. Tous nos potes francais repartent les valises pleines de t-shirts, jeans et autres accessoires.
    Les magasins puent, je n’en peux plus de leur parfum entetant. Je sais, je dois avoir passe l’age du coeur de cible… Mais mes filles adorent… alors on y retourne, encore et tjs…

  8. A Londres, c’était pareil.
    J’y étais avec des collègues pour le taff (on faisait de l’ethnomarketing, et oui, je sais, je fais un métier cool). Les nanas étaient quasi toutes hyper excitées de se faire prendre en photo avec le minet torse nu. Moi j’ai vraiment détesté.
    D’ailleurs s’il faut voir un magasin londonien avec des vendeurs qui sortent un peu du lot et une ambiance de shopping un peu décalée, c’est à Camden qu’il faut aller, chez Cyberdog. Le genre de boutique qui te donne l’impression d’être dans la boîte de nuit du film le 5ème élément.

  9. Et le même concept dans une boucherie-charcuterie-volaille c’est viable ? :)
    mouais.. pas sûr…

  10. si si, c’est viable…imagine une bombass en bikini qui t’accueille au rayon pâté. Sûre que ça fait un carton !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.