Je ne vote pas, et j’assume…

Oui, mais des gens sont morts pour que tu ais le droit de vote ! Et puis tu fais le jeu des extrémismes. Au pire, tu devrais voter blanc ! Non, non, et non...

Je ne vote plus. Je ne vote plus depuis plusieurs années.

Et l’avouer en société, c’est souvent être considéré comme irresponsable.

Les trois arguments qui reviennent le plus en la matière sont :
– Il y a des gens qui sont morts pour que tu ais le droit de vote.
– Tu fais le jeu des extrémismes !
– Pourquoi ne votes tu pas blanc ?

Il y a des gens qui sont morts pour que tu ais le droit de vote“.
Certes, il y a des gens qui sont morts pour obtenir le droit de vote, mais c’était à une autre époque, dans un autre temps, et dans un contexte différent. En outre, leur “sacrifice” à la cause du vote ne m’engage, ni ne m’oblige, aujourd’hui, en rien.

Tu fais le jeu des extrémismes“.
Le second argument qui vient aprés celui des sacrifiés à la cause, est celui de la montée des extrémismes : “si tu ne votes pas, tu vas faire monter les partis extrémistes”. Ce qui revient exactement, vue d’un autre angle, à voter pour le moins pire. Et je me refuse à voter pour le moins pire.

Vous iriez au cinéma voir le moins pire des 4 seuls films de merde à l’affiche ? Non, vous resteriez chez vous !
Vous allez me dire, comparer un vote à des films au ciné, c’est un peu cavalier. Absolument pas. Si je ne vais pas au cinéma parce que les 4 films à l’affiche ne me plaisent pas, je vais encore moins m’exprimer pour quelqu’un ou une liste (le ou la moins pire) sensé me représenter et définir les modalités de ce que sera ma vie dans la communauté. Encore une fois, je refuse de n’avoir que le choix du moins pire.

Pourquoi ne votes tu pas blanc ?
Qu’est-ce que le vote blanc ?
Pour commencer, il faut bien dissocier le vote blanc du vote nul.
Pour être considéré comme un vote blanc, il faut, dans l’enveloppe, un papier blanc.
Vous noterez que le bulletin n’est pas fourni lors du vote (c’est même légalement interdit). C’est à l’électeur de venir avec son bulletin blanc.
Alors qu’une enveloppe vide est considéré comme un vote nul, tout comme les enveloppes ne contenant aucun bulletin, les bulletins écrits sur du papier couleur, les bulletins avec des commentaires etc.

Cependant, cette distinction est purement théorique puisque l’article L66 du code électoral, dans sa version consolidée au 17 mars 2008, disposait que “les bulletins blancs (…) n’entrent pas en compte dans le résultat du dépouillement”, ce qui revient, en pratique, à les assimiler au vote nul lors de la proclamation des résultats.

Comment sont donc comptabilisés les votes nuls (votes nuls + votes blancs) ?
Dans l’abstention, tout simplement. Donc voter blanc aboutit exactement au même résultat que rester chez soi et ne pas aller voter.
En l’assimilant à de l’abstention, le vote blanc n’est donc pas reconnu. Le chiffre est connu puisque chaque bureau de vote doit comptabiliser les votes blancs, mais il n’est pas reconnu officiellement dans la mesure où il est mélangé avec l’abstention.

J’irai donc voter quand mon vote blanc sera pris en compte, et plus largement, quand l’absentéisme sera pris en compte !

NDLR 1 : A noter que François Bayrou est l’un des rares candidats à avoir pris position pour la reconnaissance des votes blancs. Il souhaite rendre le vote obligatoire mais s’engage à comptabiliser les votes blancs dans les suffrages exprimés en contrepartie.

NDLR 2 : En Europe, seul un pays reconnaît officiellement le vote blanc : la Suède. Dans les autres pays du monde, le vote blanc n’est reconnu officiellement que si le vote est obligatoire. C’est le cas du Pérou où l’élection présidentielle peut être annulée si les 2/3 des suffrages exprimés sont blancs ou nuls.

(Sources : http://www.politique.net/2007041205-le-vote-blanc-n-est-pas-reconnu-en-france.htm et http://fr.wikipedia.org/wiki/Vote_blanc)

15 commentaires

  1. t’es sûr?

  2. La plupart des citoyens consomment de la politique … pensent que c’est dans une caste de politiciens professionnels qu’ils trouveront leur salue, uniquement parce que depuis toujours, c’est cet aspect là de la politique qui est mis en exergue.

    Non, être citoyen ça se vit, et ça ne se résume pas a aller déposer un bulletin dans une urne. Si c’est là toute la signification que vous donnez a votre sens politique, vous avez tout a fait raison de ne pas aller voter : on arriverait peut être a décanter a partir de là, quelque chose de plus républicain, plus démocratique, qu’a l’heure actuel.

    Alors moi, quand j’entends X, Y, ou même Z, qui me racontent qu’ils iront voter le jour où ils auront une offre politique qui s’accorde avec leurs sensibilités, ça me fait hurler de rire intérieurement ! BOUGEZ VOUS LES DOIGTS DU CUL BORDEL !!! La politique c’est quelque chose de vivant, et on est a une époque où on peut encore faire bouger les lignes, ce qui ne serra peut-être pas toujours le cas !

    Le délire, c’est que plus il y aura de gens qui se bougent les doigts du cul, plus la politique serra riche et proche des gens, et plus ce serra intéressant de participer au jeu politique !

    Bisous pornographique a tous ;-)

  3. Je suis entièrement d’accord avec toi Greg.
    Mais je n’ai pas l’âme, ni le temps, et ni les compétences…

    Donc à te lire, une offre politique qui s’accorde avec nos sensibilités, c’est de l’utopie si je ne m’abuse ?…

    Par contre, si je puis me permettre une petite remarque, c’est plutôt “sortez vous les doigts du cul”… Parce que les bouger, s’ils sont dedans… C’est pas tout à fait pareil ;)

  4. Avoir une offre politique qui s’accorde avec nos sensibilités, ce n’est pas de l’utopie … mais il faut reconnaitre qu’actuellement, on est plutôt dans une phase d’appauvrissement général.

    Je me suis posé le Pourquoi ? Et j’en suis rapidement venu a la conclusion que c’était parce que le terrain de la politique était déserté par bon nombre de citoyens, notamment sous le prétexte d’un certain défaut d’âme, de temps, et/où de compétences (C’est probablement, les plus grands frein de mon engagement personnel a moi aussi ;-)

    Hérésie républicaine !! On a créé ce système politique (la république donc), pour articuler la vie collective atour des individualités, et initialement, sans rechercher une certaine forme de dictature de la majorité. TOUTES les sensibilités se devaient d’être représentées dans le jeu politique, au nom de la liberté, de l’égalité et de la fraternité … mais également pour débattre, s’enrichir collectivement, et donc faire évoluer le système grâce a la richesse des échanges.

    Bon, bien évidemment, c’était un peu précurseur a l’époque, et fallait bien se douter que ça allait pas se faire en un claquement de doigt … entre 1789 et 2010, 221 ans, et on est encore loin de ce doux rêve républicain, celui qui pensait que le système était au service de l’individualité, et non l’inverse.

    Pour moi, la priorité politique me semble donc, de réorganiser la vie publique pour que le citoyen développe les conditions nécessaire pour participer de la manière qu’il le souhaite, aux débats autour des problématiques collectives … car les questions de la démocratie, ou de la république, sont des questions sur lesquels on ne peut pas lésiner … où alors faire acte de franchise envers le peuple, en lui disant qu’on a donné la priorité a d’autres paramètres, plutôt qu’a sa souveraineté (quitte quelque fois, a l’abrutir, a le manipuler, etc…)

    P.S. : Whouaw … quel plaisir ce matin quand j’ai découvert ta réponse ! Je venais de m’être réveillé, le PC était encore allumé de la veille, j’me suis laissé tenté par un petit tour sur la toile, et je suis passé sur ton excellentissime digital marmelade … j’avais la tête dans l’cul (tiens, encore le cul O_O), et j’ai du secouer dans tous les sens ton aparté pour capter la différences entre “sortez vous les doigts du cul” et “bougez vous les doigts du cul”, schéma dans ma tête a l’appui, ce qui a convenablement aiguisé mon appétit pour le petit dèj’ … merci Pierre, pour ces instants de lyrisme matinal :p

  5. @greg : “Pour moi, la priorité politique me semble donc, de réorganiser la vie publique pour que le citoyen développe les conditions nécessaire pour participer de la manière qu’il le souhaite, aux débats autour des problématiques collectives”

    Oui, mais comment ?

  6. Je suis bien d’accord, notre système de comptage est nul.
    L’abstention n’est pas prise en compte, je regrette également que le vote blanc ne serve à rien, mais ne pas voter, c’est voter pour le gagnant, et comme les gagnants sont des boulets depuis des années, je vote pour les perdants.
    Et là où je vous rejoins, c’est que les perdants sont aussi des blaireaux, donc je crois que si on veut avoir des choix cohérents, il va falloir faire les choses soi-même.

    Pour moi, la priorité est de rendre le contrôle des choses au peuple, les responsabiliser. Aujourd’hui on vote pour les moins mauvais, et une fois élus, ils ont carte blanche, et en font n’importe quoi, ou alors ne servent que leurs propres intérêts. Avec les moyens de communication dont on dispose aujourd’hui il devrait pourtant être faisable de consulter le peuple, ou du moins en partie, avant de prendre des décisions importantes.

    Ce sera mon angle d’attaque principal, de toute façon, quand je me lancerai en politique, et çà ne saurai tarder, parce que j’en ai marre de voir des blaireaux bedonnants ou bling bling foutre notre pays en l’air.

  7. Je ne te jette pas la pierre Pierre … mais tout de même.
    Encore une fois, cette question de la source (Gaccio) et de sa légitimité …

  8. Bruno Gaccio n’est pas forcément légitime pour une telle proposition, mais il ne l’est pas moins que moi quand j’écris cet article.
    Il a en tous cas au moins la légitimité du citoyen électeur qui n’y trouve pas son compte non ?.

  9. @Pierre : C’est évident oui. Et au delà d’être citoyen, c’est tout sauf une buse. Et ou il ira j’irai !

  10. Cool, j’espère que çà marchera!

    @nana: Quel est le problème avec la légitimité de Gaccio?
    Je ne comprends pas…

  11. Qui va l’écouter ? D’ailleurs ça en est où cette histoire ?

  12. @Nana : Moi je l’écoute, d’autant plus que ce sujet est un classique, alors que lui ou un autre le rappel, je trouve ça bien. Parfois c’est moi qui cherche la contradiction pour la contradiction, mais la Nana c’est ton tour ! Et surtout tu ne parle pas de légitimité lorsque tu demande qui l’écoutera, ça n’a rien à voir. Comme le disait Pierre il est autant légitime que toi et moi, le fait que personne ne l’écoute et autre chose. Bref tu m’auras compris.

  13. Mouais … j’arrive pas à “suivre” des gens comme lui, même si au demeurant je respecte ce gars, j’ai l’impression que c’est un peu du vent son coup d’éclat. Un petit buzz supplémentaire pour son livre ?

    Je ne cherchais pas la contradiction, mais je bloque en ce moment sur les contenus d’information, et d’où ils viennent, par qui ils sont diffusés. Je me pose toujours la question de l’intérêt qu’a la personne à “parler” (dans les me(r)dias rien n’est jamais gratuit)
    Mais oui j’ t’ai compris …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.