Lou Charmelle, actrice X

« Bonjour Lou. Tout d’abord, peux tu te présenter en quelques mots ? »

« Lou Charmelle, actrice X depuis février 2008. »

« Alors Lou, tu es actrice X : inutile de nous décrire ton métier, on imagine tous relativement bien ce qu’il est. Cependant, peux tu nous dire comment on devient actrice X ? Comment cela s’est passé pour toi ? »

« Je visitais un salon érotique avec mon coloc’. En voyant le show de Liza del Sierra il s’est enflammé et m’a poussée à aller prendre des renseignements pour être modèle. Je suis tombée sur le stand de Fabien Lafait, qui m’a proposé de me faire faire ma première scène X. Je n’avais jamais pensé à faire du porno avant qu’on me le propose, mais je ne vais pas te cacher que j’étais déjà assez libérée, donc ça allait encore être un super truc pour faire jaser ! (rires) 3 semaines plus tard, je faisais ma première scène avec Sébastian Barrio. J’avais un peu le trac, mais tout le monde a su me mettre à l’aise, et j’ai vraiment eu un bon moment. A la fin de la scène, le bilan était vite fait : c’était marrant, j’ai pris du plaisir, ça m’a fait de l’argent,… Donc j’y suis restée ! »

« A ce jour, combien de films as tu tournés ?»

« J’ai dû faire environ 130 scènes, dont une cinquantaine qui ont été sorties en DVD »

« Actrice X, ça gagne bien sa vie en début de carrière ? Et ensuite ? Comment se détaille la rémunération d’une Actrice X ? Il y a des forfaits selon le nombre de scènes ? Selon le type de scène ? »

« En France, il est interdit d’avoir un agent car associé à du proxénitisme. Ce qui fait que quand on débute en France, on n’a aucune idée des tarifs qui se pratiquent habituellement, et on se fait carrément avoir. Les réalisateurs peu scrupuleux proposent environ 300€ pour une scène, dans laquelle on te demande de faire de l’anal. Mais en fait, 300€ c de l’escroquerie. Mais ça on le sait bien après…. Et quand les filles s’en rendent compte et demandent à être mieux payées, on leur répond qu’elles se prennent pour des princesses….
Les tarifs habituels en France sont de 400€ pour une vaginale. Bien évidemment, tu n’es pas payée de la même manière selon que tu fasses une simple pipe, de l’anal, ou une double-pénétration. Et si tu fais un film dans lequel tu as 5 scènes à faire, on te propose un « tarif groupé ». A l’étranger c’est le même système, sauf qu’aux US, on gagne le triple. »

« C’est quoi la journée type d’une actrice X ?»

« Sachant qu’une actrice X tourne rarement tous les jours, il n’y a pas vraiment de journée-type… Tout dépend des activités qu’elle développe à côté. Car pour réussir à vivre de ce métier, tu as tout intérêt à faire aussi de l’internet, du strip, des shows,…
On va dire qu’une journée de tournage type c’est :
Tu te lèves, tu te douches, tu déjeunes, tu te rend sur le plateau, maquillage-coiffure durant une bonne heure, puis on prend toutes les photos de l’actrice d’abord seule, généralement on prend ensuite les photos hard de la scène , et ensuite on attaque la vidéo… Quand vient ce moment, ça fait déjà au moins 4 heures que tu es sur les lieux.
Le tournage vidéo prend environ une heure, puis re-douche, au revoir, maison. »

« Dis moi Lou, y’a-t-il des périodes plus intenses que d’autres dans le métier et pourquoi ? »

« Il y a plus de boulot entre mars et octobre. Car ce sont les beaux jours, et que les productions n’ont pas encore niqué leur budget annuel. »

« Qu’est ce qui te plait vraiment dans le métier ? »

« Voyager, rencontrer des gens, évoluer dans un milieu marginal et avoir des discussions avec des gens finalement beaucoup plus sains que ceux rencontrés dans un milieu plus traditionnel. »

« Qu’est ce qui te déplait vraiment dans le métier ? »

« Que les acteurs et actrices ne touchent aucun royalties sur la vente de leur scène. »

« Quelles sont les qualités requises pour être une bonne actrice X ? »

« Aimer le sexe. Etre photogénique. Connaître son corps de façon à n’en montrer que le meilleur. »

« Quelles sont les perspectives de carrière ? Tu envisages de faire autre chose plus tard ? »

« Je n’ai jamais eu vraiment de perspectives de carrière. J’arrêterais quand ça ne m’amusera plus. En attendant, je souhaite continuer à voyager, faire des rencontres, et mettre de l’argent de côté pour d’autres projets, mais qui ne seront pas X. »

« Comment a réagi ton entourage (amis, famille) quand ils ont découvert ton métier d’actrice X ? Tu leurs as annoncé ? Ils l’ont découvert par eux même ? Et quelle a été leur réaction ? »
« J’ai mis au courant ma famille et mes amis juste après avoir tourné ma première scène. Ma mère n’était pas enchantée, vu l’image du porno véhiculée par les médias, elle imaginait des tournages glauques dans une cave, tenus par des mafieux…. Mais elle a vite été rassurée, surtout quand elle me voit maintenant si épanouie.
Quant à mes amis, ça ne les a pas plus étonnés que ça (rires) ! Ils connaissaient déjà mon côté libéré et coquin, et ça les a amusés que je fasse le pas. Ca les fait toujours autant marrer d’ailleurs ! (rires) »

« Tu sembles pleinement assumer ton activité, mais ne penses tu pas que cela pourra te causer préjudice dans le futur (un éventuel mari, tes enfants si tu en as un jour etc.) ? »
« Au niveau des relations amoureuses, ça permet de faire directement le tri. Seules les personnes un peu plus évoluées spirituellement et ouvertes peuvent l’assumer, et ça tombe bien, les autres ne m’intéressent pas. J’ai bien conscience du risque que représente la médiatisation, surtout lorsque plus tard je voudrais passer à autre chose, faire un autre métier… Mais ça ne m’inquiète pas plus que ça, d’une part car finalement peu de gens connaissent le X (la plupart de mes amis ne savent même pas qui est Katsuni), d’autre part car j’ai confiance en mon Karma. Je sais, ça peut paraître léger, mais c’est comme ça. (rires) »

« As tu déjà tourné des scènes sans protection ? Et si oui, qu’est ce qui t’a motivé ? Je veux dire par là : vous en parlez ? Vous exigez des tests HIV récents ? Et puis aussi : on te paye plus si tu acceptes de faire sans protection ? Sans parler du fait qu’on sait qu’il faudrait se protéger tout le temps (fellation etc.) : ça ne te fait pas peur ? »
« Presque tous les tournages français se font avec protection. A l’étranger, c’est l’inverse. J’ai mis du temps à me décider à partir à Budapest pour cette raison là. Mais le business français est tellement petit, qu’en quelques mois, j’avais déjà fait le tour des productions intéressantes. Et j’avais très envie de voir autre chose, de découvrir d’autres méthodes de travail, et de voyager… Mais contrairement en France, où on ne demande qu’un test HIV+hépatite datant de moins d’un mois, à l’étranger les tests sont beaucoup plus complets et portent sur plus d’une dizaine de MST, et sont à refaire tous les 21 jours. Sortant du milieu médical, je sais bien que ces précautions n’empêchent pas une éventuelle contamination, mais ils permettent d’éviter une épidémie car détecté très rapidement. Les acteurs et actrices X font certainement bien plus attention dans leur vie privé que les gens lambdas. Beaucoup de mes amis m’ont avoué ne jamais se protéger. Dans le X, nous sommes bien plus conscients des risques. Et tu me fais rigoler en disant qu’il faudrait mettre une capote pour la fellation, t’as déjà essayé sérieux ? Autant ne rien faire… D’autant plus que le risque de contamination en taillant une pipe est ultra-faible, il faudrait pour cela que la personne ait une plaie ouverte dans la bouche. »

« Lou, je sais que la fellation avec capote, c’est pas ça :). Le prochain film dans lequel on pourra te voir ? »

« Ca sera « Dis moi que tu m’aimes », dans lequel j’ai le premier rôle, de John B.Root, diffusion prévue en février sur C+ »

« Aurais tu une anecdote liée à ton métier à nous raconter ? »

« Haha j’en ai tout plein des anecdotes, et je vous les livre toutes sur mon site internet… Ouverture très prochaine… »

« Merci Lou d’avoir pris la peine de répondre à nos questions, bonnes fêtes de fin d’année. »

Le site de Lou : www.loucharmelle.com

Articles similaires

Be Sociable, Share!