-->

Pandora – Ordinateur de poche

Par

La bête en quelques mots :
Un processeur à 600MHz, 256MB DDR-333 de SDRAM, une mèmoire flash à 512MB, un processeur dédié aux sons et à la vidéo (430MHz C64x DSP), du wifi 802.11b/g, du bluetooth et de l’EDR, un écran LCD tactile de 800×480 de résolution, 16.7 million de couleurs, deux pads manuels, deux slots cartes SD, un haut parleur, une sortie SVidéo, un micro, un clavier, des port usb, un OS Linux, tout ça aux dimensions de 140×83.4×27.5mm, pour un poids de 335g et 10 heures d’autonomie sur batterie.

« Ordinateur de poche » : ça vous parle désormais ?

En plus de toutes les possibilités fournies par l’OS Linux (Firefox, Gimp, etc.), la Pandora va aussi et surtout permettre de jouer. Pour cela, il suffira de télécharger ses jeux sur l’une de ses deux cartes SD, qui seront reconnus automatiquement par la console.

Quels types de jeux ? On va retrouver le même type de jeux que sur les machines Gamepark (Game Park 32, GP2X, Wiz) : beaucoup de jeux amateurs, des jeux existants (Quake 3 par ex.), et des émulateurs permettant de jouer à des jeux plus anciens (Nintendo 64, etc.).

Là où ça devient encore plus sympa, c’est de s’intéresser à qui est derrière le projet :
Derrière ce projet, il y a une communauté de passionnés. Passionnés d’électronique, passionnés de jeux vidéos, passionnés par l’open source, passionnés de nouvelles technologies, des passionnés donc !
Ils se retrouvent sur le forum du site gp32x.com.

Tous passionnés, et à distance, ici, un peu comme dans le monde open source, la communauté ne fonctionne pas du haut vers le bas, mais de façon horizontale : tout le monde y met un peu du sien et le projet devient le fruit de tous, l’addition des contributions et des compétences.

(NDLR : sans Internet, tout cela n’aurait été possible ;))

Et aujourd’hui ? 4 000 Pandora commandés, et une production encore en cours !
Vous en connaissez beaucoup vous des productions vendues avant d’être produites ?
Ici, ce sont les pré-commandes qui financent la production !
Plusieurs campagnes successives ont pu permettre la pré-commande de 4000 machines à fin 2008.
Aujourd’hui, les acheteurs attendent (avec beaucoup de patience et d’indulgence, il faut le dire, fruit de l’appartenance à une communauté de passionnés) leur commande qui devrait ne plus tarder…

Une seconde campagne de pré-commandes sera prochainement lancée, pour environ le même nombre de machines.

A 330$HT la machine, je n’ai pas trouvé sur le site si la communauté Pandora dégagera des bénéfices de ces ventes…

Le site officiel Open Pandora : www.open-pandora.org

Je tenais à remercier chaleureusement Guilhem, responsable du site http://pandoranews.free.fr/, qui a gentiment pris le temps de répondre à mes nombreuses questions et sans qui cet article n’aurait pas été possible.

Articles similaires

Si vous avez aimé, partagez !

Mots-clés : ,

2 Comments

  1. J’ai reçu des précisions de Guilhem sur le coût de production et le prix de vente :

    Pour pinailler, je dirais qu’il ne s’agit pas de « deux pads manuels », mais plutôt de deux sticks (ou « nubs ») analogiques, en plus du pad directionnel classique (la croix). Mais c’est du détail.

    Pour répondre à ta dernière question :

    - Comment a été calculé le prix de vente de la Pandora ? Y a t il un bénéfice réalisé sur les ventes ? Si oui, à qui revient il ?

    Les membres officiels d’OpenPandora ont déclaré qu’ils ne feraient pas de bénéfices sur la première vague de pré-commandes. D’un autre côté, ils s’en sortent sans dettes. Le prix de la machine a été fixé de façon à couvrir exactement les coûts de production.
    Si bénéfice il y a un jour, j’imagine qu’il reviendra aux membres officiels d’OpenPandora, dont la liste est visible ici.
    Il y a aussi un fonds prévu pour rémunérer un peu les développeurs amateurs qui contribuent de façon significative. Au moment de la pré-commande, le client peut alimenter ce fonds de 15€, sur la base du volontariat.

Leave a Comment