Bienvenue dans le merveilleux monde de Marie-Claire

Ce week-end, j’ai fait ma fille et je me suis achetée le numéro de septembre du magazine féminin Marie-Claire.
Pour les néophytes, Marie-Claire fait partie, tout comme Elle, des féminins qui parlent beaucoup de mode beauté (une enfilade de pubs pour l’Oréal, Chanel, Nivéa, Vuitton…) mais aussi de sujets de société pour décrypter et faire avancer la cause des femmes (les femmes chez les Talibans, les femmes et la maternité…). En résumé c’est pas du magazine people genre Voici ou Closer, ça se veut un peu plus profond.
Pourtant, si Marie-Claire n’hésite pas de temps à autre à dénoncer la minceur des podiums ou les retouches Photoshop des tirages de mode, le mensuel peut aussi prendre ses lectrices pour des connes et se satisfaire de photos pour le moins surprenantes pour illustrer ses sujets de société.

Deux exemples tirés de ce numéro de septembre.

1° Les femmes et le pouvoir.
Cette photo illustre le sujet sur les femmes au boulot et plus précisément sur les femmes dans les conseils d’administration : elles ne représenteraient que 16% des effectifs. C’est clair, il y a encore du chemin à parcourir pour atteindre une égalité homme/femme dans les entreprises.

Mais, franchement, elle fait partie de quel conseil d’administration cette nana-là ?

Parce que Bernadette Chirac est à celui de LVMH et c’est pas franchement le même style.

Mais je suis peut-être mauvaise langue. Après tout, si les femmes cadres ressemblaient toutes à celle-là, elles seraient peut-être plus nombreuses au sein des conseils d’administration : ça motiverait les mecs à les nommer histoire d’égayer un peu les séances de travail…

2° Autre choix de photo qui m’a interpellée, celui consacré aux femmes qui restent avec un homme malgré l’usure du quotidien et le manque de passion. Ici, Marie-Claire fait appel aux témoignages de plusieurs femmes (Irène 43 ans, Anne 37 ans et Audrey 39 ans).

Sauf que là encore, je ne voudrais pas faire ma chieuse, mais la miss qui illustre le sujet, assise sur le toit d’une bagnole, ne semble être ni Irène mariée depuis 25 ans, ni Anne mariée depuis 17 ans et pas non plus Audrey mariée depuis 10 ans.
La demoiselle, elle a 25 ans à tout casser, non ?

En fait, ce qui m’énerve c’est cette manière qu’a Marie-Claire de jouer sur les deux tableaux : dénoncer diktats de la mode/beauté un mois et s’y complaire de le mois suivant.

Alors bien évidemment des filles jeunes et sexy ça doit faire vendre.
Pour autant, je serais curieuse de connaître les performances d’un titre de presse qui mettrait en avant des femmes plus conformes au sujet présenté.

Articles similaires

Be Sociable, Share!