3 commentaires

  1. Et personne commente ici alors que ça déboîte !

  2. Le bottleneck te rappelle la version de rory de tommy joe white dans l’irish tour, ce fameux gros blues que tu adores…donc tu vis sur tes acquis genre madeleine sonore…sinon guitaristiquement c’est pas révolutionnaire, son lourd et saturé, sans grin’min de vibratos (comparés à ceux de de rory), dur pour du bottleneck et le comble d’ailleurs ; et à 3 mins on entend la couleur de robert plant et ça fait du bien…sauf que dans led zep ça chantait tout le temps, et là c’est du chanté-parlé, c’est tout. On sent l’heritage led zep, mais en moins bien. Nan, c’est du sous led zep, et le glissando final (5 mins55) rappelle le semblant de syncope de kashmir dans les bootlegs pourris. Bon, il tricote bien, mais ne fait pas de la guitare. On est tous un peu l’homme araignée sur un manche, sauf qu’il faut savoir danser dessus pour être au niveau supérieur. A la place d’un ballet, c’est du balai…
    et l’on peut estimer qu’il aura enlever toute la poussière dessus.

  3. @Yann : Ouais, c’était mieux avant…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.