Facebook, c’était mieux avant

Avez vous comme moi constaté que désormais, certaines marques, en conclusion de leur publicité télé, à une heure de grande écoute, vous invitent à les retrouver sur Facebook ?

Exemple :

Vous avez vu ça ?

Et encore plus récemment, nouvelle campagne pour le 1950, à des heures où ça coûte un bras d’acheter de l’espace, conclusion de pub :

Je vous le donne en mille ! Encore du facebook !

Et Mac Donald’s n’est pas un cas isolé, bien au contraire.

Les marques sont désormais légions à vous convier sur leur page facebook.
Et elles le font très souvent au détriment de leur propre site Internet qui n’est même plus cité !
Des sites Internet qui leur ont parfois (et très souvent) coûté l’autre bras…

Quelques questions au débotté comme ça, qui me viennent :
– Facebook contribue-t-il à l’achat de l’espace publicitaire des marques quand celles ci lui offre pareille visibilité ?
– La marque paye-t-elle une redevance à Facebook pour que ce dernier l’autorise à utiliser sa plateforme ?
– Ou alors, tacitement, tout le monde accepte cet échange de bons procédés ?

Quoiqu’il en soit, je n’ai pas souvenir d’un cas similaire : une marque qui utilise les services d’une autre marque pour communiquer…

Le seul parallèle que j’arrive à y voir avec la vraie vie : les centres commerciaux, et la notion de lieu unique.
Dans les centres commerciaux, on attire les gens parce qu’il y a toutes les marques au même endroit.
Sur Facebook, on attire les marques parce qu’il y a tous les gens au même endroit.
Et cet endroit, ce lieu, il est sur le world wide web, sur Facebook.

Mais mon propos n’est pas là.

Mon propos est : « Facebook c’était mieux avant ». C’est le titre de l’article quand même !
Oui, Facebook c’était mieux avant.
Parce que c’était nouveau.
Et parce que les marques n’avaient pas investi la place.

Je dirais même, Facebook, c’est moins pire que demain, et un jour, ce ne sera plus…
Oui, j’ose le dire. Un jour, Facebook ne sera plus, et de mon vivant !
Le site n’arrive déjà plus à se renouveler en terme de fonctionnalités pour ses utilisateurs alors qu’ils redoublent d’inventivité pour les pages de marques et à ce rythme, Facebook va devenir un véritable centre commercial. Une énorme « e-boutique » où l’on pourra tout acheter, des roues de bagnole, des voyages, et des yoghourts 0%. Et comme on ne peut pas dire que nos centres commerciaux transpirent le « réseau social », qu’adviendra-t-il de ce si bel outil ?

Amen !

Articles similaires

Be Sociable, Share!